JUSTICE POUR CAROL : FIN DE LA LESBOPHOBIE !

Carol Campelo, une lesbienne de 21 ans, a été sauvagement assassinée à Maranhãozinho (Brésil). Signez la pétition pour que justice soit faite.

Plusieurs groupes de lesbiennes au Brésil condamnent publiquement le meurtre brutal d'Ana Caroline Sousa Campelo (connue sous le nom de Carol Campelo), âgée de 21 ans, le 10 décembre 2023.

La peau du visage, du cuir chevelu, des yeux et des oreilles d'Ana Caroline a été enlevée, ce qui indique qu'elle a été torturée avant de mourir. Selon la police militaire, Carol a été retrouvée morte à Bairro Novo, à Maranhãozinho, une ville située à 232 km de São Luís, dans le Maranhão, au Brésil.

Des proches de Carol affirment qu'elle était lesbienne depuis 2019 et qu'elle s'était récemment installée dans la municipalité pour vivre avec sa petite amie.

À la lumière des faits, il est important de souligner que le meurtre de Carol Campelo est clairement un cas de lesbophobie : sa mort a été causée par la haine envers les lesbiennes, étant donné la brutalité de l'incident.

Nous devons mettre fin à la violence et à la déshumanisation de la communauté LGBTIA+.

Signez la pétition et luttez pour la justice !

#JusticePourCarol

0personnes ont signé
Objectif : 60 000

Au gouvernement fédéral brésilien, au gouvernement de l'État de Maranhão et au gouvernement municipal de Maranhãozinho :

Le meurtre brutal de Carol Campelo est le résultat de la haine envers les femmes lesbiennes. Nous devons mettre fin à la lesbophobie.

C'est pourquoi nous demandons au gouvernement fédéral brésilien, au gouvernement de l'État de Maranhão et au gouvernement municipal de Maranhãozinho :

1) de donner la priorité et d'accélérer l'enquête sur le meurtre d'Ana Caroline Sousa Campelo, compte tenu de la gravité de l'affaire ;

2) garantir une assistance juridique et psychosociale à la fiancée et à la famille de la victime ;

3) créer un calendrier national de lutte contre les lesbicides (meurtres de lesbiennes), conformément à la proposition de loi de Luana Barbosa

4) mettre en œuvre une politique d'observatoire dans chaque État afin de rechercher, d'enregistrer et de produire des données sur la population lesbienne au Brésil, ainsi que de rendre compte des violences et des décès qui ne sont pas encore classés comme des crimes de haine ;

5) criminaliser le crime de lesbocide, qui, selon le dossier sur le lesbocide, a augmenté de plus de 200 % au cours des trois dernières années.


0personnes ont signé
Objectif : 60 000