Arrêt des thérapies de conversion en France

pour l'arrêt des thérapies de conversion ou toutes pratique prétendent modifier l'orientation sexuel ou l'identité de genre d'une personne.

L'an dernier , le Parlement européen à voté une motion appelant les pays membres à prononcer cette interdiction. Malte, l'Allemagne, l'Albanie, les Pays-Bas et Madrid les ont interdites, quand est-t-il du pays des droits de l'Homme ?

Comme le montre les témoignages des personnes qui les ont subi, ces thérapies on des conséquences psychologique ou/et physique irréversible (dépression, trouble de la personnalité,...). Elles ne permettent pas de changer d'orientation sexuel ou d'identité de genre, mais contribuent à accentuer leurs souffrances.

En 2019, la Mission "flash" de la commission des lois, rapporter par les député(e)s, Laurence Vanceunebrock et Bastien Lachaud à permis de mieux connaitre l'ampleur de ce phénomène.

Une enquête complémentaire, de l'association Centre LGBT est en cour pour connaitre plus précisement l'ampleur de ce phénomène en France, et un appel à témoin à été lancé.

www.centrelgbt.simplesite.com

0personnes ont signé
Objectif : 5 000

"Secrétaire d'État chargé(e) de la lutte contre les discriminations" :

Madame la Ministre,

Les thérapies de conversions ont des conséquences psychologique ou/et physique irréversible (dépression, trouble de la personnalité,...).

Dans ce contexte, nous vous appellons à:

- Instaurer la proposition de loi présentée par madame la députée, Laurence Vanceunebrock le 2 juin dernier.

- Considérer comme de la torture les actes médicales ou d'exorcismes.

- La mise en place d'une ligne d'écoute

Dans cette attente, nous vous priions d'agréer, madame la ministre, l'expression de nos respectueuse considération.


0personnes ont signé
Objectif : 5 000